Accueil 

Annuaire

Faits et événements

Personnages

Napoléon

La France et le Monde

Waterloo

Belgique

Armées

Uniformes

Reconstitution

Publications

Liens

Nouvelles du Jour

Plan du site

Balises

 

 

 

 

 

 

 

 

1789-1815.com

    Armées   >   France  >   Etat-major

.

 

Compagnie des guides interprètes

     
 

     
 

Compagnie de guides interprètes pour l’armée d’Angleterre 1803-1805
Compagnie des guides du prince de Neufchâtel 1807-1811
Compagnie d’élite du grand quartier général 1811-1814


La compagnie de guides interprètes pour l’armée d’Angleterre fut créée par un décret du 12 vendémiaire an 12 (5 octobre 1803). Cette compagnie, dont l’organisation fit confiée au colonel Dupont-Derval, fut placée sous les ordres du capitaine Cuvelier. Elle devait se recruter au moyen d’enrôlements volontaires faits à Paris et dans les ports de mer, depuis Ostende jusqu’à Saint-Malo. Les volontaires devaient avoir moins de trente-six ans, être bien constitués, savoir parler et traduire l'anglais, avoir habité l'Angleterre et en connaître la topographie, et produire des certificats d'anciens services et de bonne conduite. Les Irlandais pouvaient être admis dans le corps.
La compagnie des guides-interprètes devait avoir la composition suivante :
1 capitaine,
2 lieutenants,
2 sous-lieutenants,
1 maréchal des logis en chef,
4 maréchaux des logis,
1 fourrier,
8 brigadiers,
96 guides,
2 tambours,
ce qui formait un total de 117 hommes.

 
 
 

 

La compagnie fut rassemblée à Saint-Omer. D’après le commandant Bucquoy, elle ne dut pas être montée à ses débuts, en vue de la descente en Angleterre. On ne voit pas très bien cependant les services que cette compagnie aurait pu rendre sur le sol anglais si elle n’était pas montée, au moins en partie. Il est possible que le premier consul ait eu en vue de la monter après le débarquement en Angleterre au moyen de chevaux de prise ou de réquisition, mais l’entraînement et le service en France nécessitaient des chevaux. D’ailleurs, la tenue et l’armement indiquent bien un corps de cavalerie. Il est vrai que la composition prévoyait deux tambours à la place de trompettes, mais il pourrait s’agir d’une erreur de transcription, ce qui ne serait pas sans précédent dans la législation militaire.

 

Pour recevoir gratuitement un fichier en plus haute résolution de l'image ci-dessus, il suffit d'en adresser la demande en cliquant dessus.

 

 

 

 
 

La compagnie des guides-interprètes resta à Boulogne pendant la campagne de 1805 et pendant la première partie de l’année 1806, et elle ne rejoignit la grande armée que pendant la campagne de Prusse, à une date inconnue.

 
 
  Le 30 juin 1807, l’Empereur affecta la compagnie au service de son major général, et elle prit en conséquence le nom de compagnie des guides du prince de Neufchâtel. En 1808, les guides furent casernés à Versailles, puis ils accompagnèrent l’Empereur et son major général en Espagne, pays où ils restèrent jusqu’en novembre 1811. A cette date, ils furent ramenés à Bayonne, ville dans laquelle ils furent réorganisés en vue de la campagne de Russie, s’appelant dès lors « compagnie d’élite du grand quartier général ».
La compagnie n’échappa pas au sort commun à toutes les unités de la grande armée, c’est-à-dire qu’elle fut pratiquement anéantie pendant la retraite et dut être réformée pour la campagne de 1813. Pendant cette campagne et celle de France en 1814, la compagnie continua à faire le service du grand quartier général. Elle fut licenciée à Chartres le 1er juin 1814, et les 25 hommes qui comptaient encore à l’effectif à cette date furent incorporés dans le 2e régiment de Dragons.
     

 

 

 

Page d'accueil

Plan du site

Nouvelles du Jour

Pour écrire

La Patience - 1789-1815.com - waterloo1815.com  © Bernard Coppens 2012 - Tous droits réservés.