Accueil

Annuaire

Faits et événements

Personnages

Napoléon

La France et le Monde

Waterloo

Belgique

Uniformes

Reconstitution

Publications

Liens

Nouvelles du Jour

Plan du site

 

 

 

 

1789-1815.com

Annuaire 1789-1815    Personnages   >

Dernière modification: 17/10/2003

Dumouriez

Dumouriez, (Charles-François Duperrier), né à Cambrai le 25 janvier 1739, d'une famille originaire de Provence. Son père était commissaire des guerres et littérateur. Il fit ses études au collège Louis-le-Grand à Paris. En 1757, il accompagne son père à l'armée de Hanovre en qualité d'adjoint, est ensuite employé à l'état-major du maréchal de Broglie, et passe lieutenant au régiment d'Escars-Cavalerie, où il se fait remarquer par sa conduite et obtient, à peine âgé de 21 ans, la croix de Saint-Louis et le brevet de capitaine.

Réformé à la paix de 1763, il se rend en Corse, seul d'endroit d'Europe où l'on se bat encore, et il offre ses services tour à tour à la république de Gênes et à Paoli. Econduit par les deux partis, il tente de se mettre à la tête d'un troisième, visant à établir une république indépendante. Ayant échoué dans cette entreprise, il retourne à Paris et élabore un plan de conquête de la Corse qu'il remet au ministre Choiseul. Celui-ci, qui avait d'abord mal accueilli Dumouriez, lui confie pourtant des missions diplomatiques en Espagne et au Portugal (1766).

Rappelé en France en 1768, Dumouriez est nommé aide-major général du corps expéditionnaire du marquis de Chauvelin, destiné à conquérir la Corse qui vient d'être achetée par la France à la république de Gênes. L'expédition est un échec parce que, si l'on en croit Dumouriez, on ne suit pas ses conseils. Il prend encore part à l'expédition du comte de Vaux  (qui débouche sur la victoire de Ponte-Nuovo et la soumission de l'île), et reçoit à son issue le brevet de colonel.

Envoyé par Choiseul en Pologne (1770), il prend part aux combats contre les forces russes commandées par Suwarow. Chargé ensuite d'une mission secrète en Suède, il est arrêté à Hambourg et enfermé à la Bastille, où il vit fort bien pendant six mois.

A l'avènement de Louis XVI, il rentre en grâce et est chargé de l'établissement du port de Cherbourg. En 1788, il est nommé maréchal de camp.

En 1789, il se montre très favorable aux idées révolutionnaires, et est nommé commandant de la garde nationale de Cherbourg, où il fait condamner et exécuter deux chefs de révolte et de pillage. "Comme tant d'autres révolutionnaires de ce temps-là, Dumouriez voulait bien acquérir, par un changement dans l'Etat, de la fortune et du pouvoir ; mais pour jouir de tout cela il ne fallait ni désordre ni pillage : voilà ce qui explique beaucoup d'opinions et de contradictions du même genre." (Bibliographie Michaud,  vol. 11, p 546.)

Rentré à Paris, il devient membre de la société des Jacobins et se lie avec tous les hommes influents : Mirabeau, Lafayette, Barère, etc.

Envoyé en mission d'observation en Belgique, il publie à son retour une brochure intitulée : le Guide des Nations, ou Correspondance politique et morale sur la France et les Pays-Bas.

En 1791, il est nommé commandant de Niort, où il se lie avec Gensonné, un des chefs de la tendance girondine.

Le 5 mars 1792, un ministère girondin arrive au pouvoir, et Dumouriez obtient le portefeuille des affaires étrangères, poste dans lequel il pousse à la déclaration de guerre contre l'Autriche. Il troque alors le portefeuille des affaires étrangères contre celui de la guerre, mais il donne sa démission quatre jours plus tard pour aller servir en qualité de lieutenant général dans l'armée du maréchal Luckner, et est nommé le mois suivant à la tête de l'armée des Ardennes, à la tête de laquelle il s'oppose à l'invasion des Prussiens en Champagne.

Après l'échange de quelques coups de canon à Valmy, les Prussiens se retirent sans que Dumouriez ne cherche à les inquiéter dans leur retraite. Il tourne alors ses forces vers la Belgique, et bat le 6 novembre 1792 les Autrichiens de Clairfayt et du duc de Saxe-Teschen à Jemmapes. Cette victoire lui livre la Belgique. Dumouriez se pose alors en protecteur des Belges et se livre à des menées en vue d'unir la Belgique et la Hollande, de se mettre à la tête du nouvel Etat et d'influer ainsi, à la tête de son armée, sur le cours de la Révolution. Il ouvre la campagne contre la Hollande par le bombardement de Maestricht.

Défait à Neerwinden le 18 mars 1793, Dumouriez entre en négociations avec les Autrichiens, dans le but de renverser la Convention et de mettre Louis XVII, alors prisonnier au Temple, sur le trône.

Sommé de rendre compte à la Convention de sa conduite, il fait arrêter les députés venus lui notifier cet ordre, et les livre aux Autrichiens. Après avoir vainement tenté de faire marcher son armée contre Paris, il se réfugie chez les Autrichiens et se retire au Holstein.

En 1800, il se rend auprès du tsar Paul Ier  pour le presser de ne pas abandonner la coalition contre la France, mais il échoue dans cette mission, et consacre dès lors ses connaissances et son expérience à conseiller les Anglais dans leurs guerres contre Napoléon. Il trace aux Espagnols la conduite à suivre contre les armées françaises, et son ouvrage, traduit sous le titre de "Partides de Guerillas", sera le manuel des officiers espagnols.

Dumouriez meurt en Angleterre le 14 mars 1823, âgé de plus de 84 ans.

 

Page d'accueil

Plan du site

Recevez les Nouvelles du Jour

Pour écrire

La Patience - 1789-1815.com - waterloo1815.com  © Bernard Coppens 2002 - Tous droits réservés.