Accueil 

Annuaire

Faits et événements

Personnages

Napoléon

La France et le Monde

Waterloo

Belgique

Armées

Uniformes

Reconstitution

Publications

Liens

Nouvelles du Jour

Plan du site

Balises

 

 

 

 

 

 

 

 

1789-1815.com

  Annuaire 1789-1815   >    Personnages  >

.

 

Zambeccari

     
 

     
 

Zambeccari (Francesco) 1750-1812, savant et aéronaute italien, est né à Bologne d’une famille patricienne. Il reçut une éducation qualifiée de "très soignée" et s’était consacré de bonne heure à l’étude des sciences.
Esprit curieux, il eut l’attention attirée par les premières expériences aéronautiques des frères Montgolfier (Annonay, 4 juin 1783), et il fut le premier, en novembre 1783, à lancer un ballon en Angleterre.
Entré au service de la marine d’Espagne, il fut pris en 1787 par un navire turc, et envoyé au bagne de Constantinople où, paraît-il, il put, pendant les trois années de sa captivité, étudier la théorie de l’aérostation.
Après avoir été remis en liberté, il fit un voyage scientifique dans le Levant et en Afrique. De retour à Bologne, il écrivit un ouvrage sur l’aérostation qu’il soumit à l’appréciation des savants de son pays.

 

Naufrage de Zambeccari
et de ses compagnons,
le 8 septembre 1804

 
  Il tenta de résoudre le problème de la navigation des ballons au moyen de rames, se basant sur l’existence de courants d’air à différentes hauteurs, et comptant sur l’augmentation ou la diminution du gaz pour régler l’altitude.
On trouve dans les journaux de janvier 1802 que Zambeccari prétendait avoir résolu le problème de la directions des aérostats, et qu’il faisait appel à des généreux mécènes pour pouvoir mener ses expériences à leur terme. (Voir Nouvelles du 7 janvier 1802.)
Malheureusement, Zambeccari avait imaginé d’utiliser une lampe à esprit de vin circulaire percée sur son pourtour de 24 trous dont il pouvait régler le débit. Au cours d’une première ascension, la lampe se brisa suite à une collision avec un arbre, l’esprit de vin enflammé se répandit sur les vêtements de l’aéronaute.
Le 8 septembre 1804, il entreprit une ascension avec deux compagnons, Andréoli et Grassetti ; mais il le fit dans de mauvaises conditions, parce qu’il ne voulait pas laisser échapper une prime de huit mille écus qui lui avait été promise en cas de réussite. Ayant décollé à minuit, le ballon fut emporté rapidement à une grande altitude, et les aéronautes furent transis de froid ; leur lanterne, manquant d’oxygène, s’éteignit. Vers deux heures du matin, le ballon commença à descendre et tomba dans la mer Adriatique. Zambeccari et ses compagnons jetèrent tout leur lest d’un seul coup : le ballon remonta et les transporta à nouveau vers des altitudes où l’eau dont étaient imbibés leurs vêtements se transforma en glace. Au bout d’une demi-heure, le ballon redescendit et retomba dans la mer. Les naufragés restèrent plusieurs heures dans leur nacelle immergée, accrochés aux cordages du ballon qui flottait sur l’eau. Plusieurs bâtiments qu’ils aperçurent s’éloignèrent à toute allure, leurs équipages superstitieux ou ignorants ne se souciant pas d’aller voir de plus près cette inquiétante apparition. Enfin un marin plus hardi ou plus éclairé vint à leur secours et les débarqua sur la côte. Les blessures que Zambeccari avait eues à la main nécessitèrent l’amputation de trois doigts.
Toutes ces mésaventures ne découragèrent pas le vaillant aéronaute. Comme le royaume d’Italie ne lui donnait pas les moyens nécessaires à la poursuite de ses expériences – ce qui n’a rien d’étonnant quand on connaît le peu de goût de Napoléon pour les nouveautés- Zambeccari s’adressa au roi de Prusse, qui lui accorda les moyens de poursuivre ses expériences.
Le 21 septembre 1812, lors d’une ascension à Bologne, son ballon s’accrocha à un arbre et prit feu, et Zambeccari périt « victime de son zèle pour la science ».
     

 

 

 

_ Retour au haut de la page.

Page d'accueil

Plan du site

Nouvelles du Jour

Pour écrire

La Patience - 1789-1815.com - waterloo1815.com  © Bernard Coppens 2008 - Tous droits réservés.